TECHNIQUE

Implanter des haies


1. Présentation


Caractérisation de la technique

Description de la technique :

Date de dernière modification: 28/10/2011

Contributeurs initiaux :

Julien Halska INRA julien.halska(at)grignon.inra.fr Dijon (21)
Daniel Chicouène Arbiotech daniel.chicouene(at)orange.fr Saint Gilles (35)
Régis Wartelle Chambre régionale d'agriculture de Picardie r.wartelle(at)picardie.chambagri.fr Amiens (80)
Sylvaine Simon INRA Sylvaine.Simon(at)avignon.inra.fr Gotheron (26)
Lutte contre les courriers indésirables : Pour utiliser ces adresses, remplacer (at) par @

 

Il sagit en priorité de maintenir les haies existantes, et selon la situation, den implanter de nouvelles. On désigne par haie toute structure linéaire composée darbres et darbustes, taillis, buissons (large de un à quelques mêtres et dune hauteur pouvant atteindre 15 mètres). La plantation seffectue entre novembre et mars, le long de talus, de chemins, aux abords de bâtiments ou pour fractionner de grandes parcelles en favorisant le rôle de corridor écologique de la haie. Il faut choisir les essences en fonction des objectifs et des conditions pédoclimatiques, en préférant les haies composites avec plusieurs strates et des essences locales. Il faut éviter les essences potentiellement hôtes de ravageurs ou maladies des cultures locales. Il reste ensuite à entretenir la haie (taille, élagage des arbres, fauche au pied de la haie), en dehors des périodes de nidification et de reproduction de la faune (mars à août). Pour avoir un effet favorable sur le vent, une haie doit être homogène et semi-perméable.



Période de mise en œuvre
Sur culture implantée

On dépasse l'échelle de la rotation, les haies étant des dispositifs permanents.

Echelle spatiale de mise en œuvre
Parcelle
Exploitation
Territoire


Application de la technique à...

Toutes les cultures : Facilement généralisable
Tous les types de sols : Facilement généralisable
Choisir des espèces adaptées au contexte local.

Tous les contextes climatiques : Facilement généralisable

Choisir des espèces adaptées au contexte local.

Réglementation

Influence
POSITIVE

Les haies sont autorisées sur les bandes tampons de la conditionnalité de la PAC et font partie des éléments topographiques désignés dans les BCAE (se référer aux textes locaux, par exemple en Bougogne 1 mètre linéaire de haie correspond à 100 m² de surface équivalente topographique). Le Plan Végétal Environnement ou des mesures agro-environnementales peuvent aider à investir pour l'entretien ou la conservation de haies. Déclarations PAC, normes BCAE, Mesures AgroEnvironnementales, Plan Végétal Environnement


2. Services rendus par la technique



3. Effets sur la durabilité du système de culture


Critères "environnementaux"

Effet sur la qualité de l'air : En augmentation
acidification : DIMINUTION
émission phytosanitaires : DIMINUTION
émission GES : DIMINUTION
émission de particules : DIMINUTION


Effet sur la qualité de l'eau : En augmentation
N.P. : DIMINUTION
pesticides : DIMINUTION
turbidite : DIMINUTION


Effet sur la consommation de ressources fossiles : En diminution
consommation d'énergie fossile : DIMINUTION
consommation de phosphore : DIMINUTION


Autre : Pas d'effet (neutre)

Les haies limitent la dérive de pesticides lors de la pulvérisation, leur entrainement dans les eaux de ruissellement, et peuvent contribuer à réguler les bio-agresseurs via leur rôle de réservoirs à auxiliaires (et donc à limiter les traitements).

L'installation et l'entretien des haies consomme un peu d'énergie fossile, mais lorsqu'il y a production de bois de chauffage, cela génère des économies d'énergie fossile.

Les haies stockent du carbone. Le bois produit peut être utilisé comme ressource renouvelable pour le chauffage (bûches ou plaquettes).




Critères "agronomiques"

Productivité : En augmentation
Le rendement est légèrement moindre dans la zone où se déploie l'ombre portée de la haie, mais cette diminution est compensée par les effets bénéfiques de l'action brise-vent de la haie.

Fertilité du sol : Pas d'effet (neutre)
Les haies consomment des ressources du sol, mais produisent des débris végétaux (feuilles mortes par exemple) qui l'enrichissent en matière organique. Elles peuvent inclure des légumineuses qui fixent l'azote de l'air.

Stress hydrique : Pas de connaissance sur impact
En ralentissant le vent et donc la demande climatique, ainsi que par leur ombre, les haies réduisent le risque de stress hydrique. A l'inverse, elles consomment de l'eau mais concurrencent en général peu la culture pour cette ressource car elles n'explorent pas les mêmes compratiments du sol.

Biodiversité fonctionnelle : En augmentation
Les haies favorisent la diversité botanique. De plus, elles constituent des refuges et des sources de nourriture pour de nombreux organismes. Les haies sont des refuges et des sources de nourriture pour de nombreux organismes et notamment des auxiliaires et pollinisateurs.

Autres critères agronomiques : En augmentation

Effet brise vent: Augmentation

Une haie joue le rôle de brise vent sur 10 à 15 fois sa hauteur. La protection est variable selon sa perméabilité. En conditions sèches, le ralentissement du vent permet de limiter le pouvoir évaporant de l'air, ce qui est bénéfique pour le couvert. Par contre, les haies produisent aussi de l'ombre et limitent la photosynthèse. Globalement, le microclimat induit par une haie provoque une avance de précocité des cultures et souvent un rendement légèrement amélioré.

 

Développement des pathogènes: Variable

Les haies peuvent favoriser l'humidité via l'ombre qu'elles apportent ou la réduction des flux d'air, ce qui peut être favorable à certains pathogènes.

 

Productions de la haie: Augmentation

Une haie peut produire du bois de chauffage ou du bois d'oeuvre, des fruits, permet la production de miel ou encore de litière animale (résidus de taille), de fourrage (frêne par exemple) ou de paillage pour la mise en place de Bois Raméal Fragmenté.




Critères "économiques"


Charges opérationnelles : En augmentation
Plants, carburant, matériel pour la mise en place.

Charges de mécanisation : Pas d'effet (neutre)
Les coûts de mécanisation sont faibles (entretien lors des premières années d'installation : recépage au sécateur, élaguage des arbres de haut-jet ; entretien principalement en largeur pour limiter l'emprise des haies hautes installées).

Marge : Variable
Exemple de coûts liées à l'implantation d'une haie en remplacement d'une surface productive : haie de 100m sur 1 rang amortie sur 25 ans (100 plants par rang) : 535 à 710 euros (dont 260 euros de main d'œuvre) et entretien : 10 à 13 euros par an. Le manque à gagner (remplacement d'une surface productive) varie selon la largeur de la haie. Il est chiffré entre quelques euros à 50 euros pour 100 mètre linéaires. Ces coût sont en partie compensés par les produits qui peuvent être tirés des haies (bois de chauffe, bois d'oeuvre, fruits, etc.). Des aides financières sont parfois disponibles.


Critères "sociaux"


Temps de travail : En augmentation


Période de pointe : En augmentation

 

Qualité des paysages et de l'image de l'agriculture: Augmentation

Les haies sont des éléments structurants des paysages appréciés. Leur présence participe à donner une bonne image des activités agricoles.



Temps d'observation : Pas d'effet (neutre)




4. Organismes favorisés ou défavorisés


Bioagresseurs favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Bioagresseurs défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Noctuelle de la tomate ravageur, prédateur ou parasite
acarien ravageur, prédateur ou parasite
charançon de la tige ravageur, prédateur ou parasite
charançon du bourgeon terminal ravageur, prédateur ou parasite
cicadelle de la betterave ravageur, prédateur ou parasite
cicadelle du blé ravageur, prédateur ou parasite
cicadelle du maïs ravageur, prédateur ou parasite
cécidomyie des fleurs de blé ravageur, prédateur ou parasite
cécidomyie du pois ravageur, prédateur ou parasite
hanneton ravageur, prédateur ou parasite
limace ravageur, prédateur ou parasite
méligèthe ravageur, prédateur ou parasite
noctuelle terricole ravageur, prédateur ou parasite
puceron d’automne ravageur, prédateur ou parasite
puceron noir (Myzus cerasi) ravageur, prédateur ou parasite
puceron vert du pois ravageur, prédateur ou parasite
pucerons des crucifères ravageur, prédateur ou parasite
pyrale du maïs ravageur, prédateur ou parasite
scutigérelles ravageur, prédateur ou parasite
taupin ravageur, prédateur ou parasite
thrips du lin ravageur, prédateur ou parasite
thrips du pois ravageur, prédateur ou parasite
tordeuse du pois ravageur, prédateur ou parasite

Auxiliaires favorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions
Acariens prédateurs Ennemis naturels des bioagresseurs
Araignées Ennemis naturels des bioagresseurs
Carabes prédateurs et granivores Ennemis naturels des bioagresseurs Avec un bémol car les carabes et staphylins trouvent surtout refuge dans les bandes enherbées et jachères. Raisonner par espèce végétale attractive n'est vraisemblablement pas pertinent.
Chrysopes et hémérobes Ennemis naturels des bioagresseurs
Coccinelles Ennemis naturels des bioagresseurs
Oiseaux insectivores Ennemis naturels des bioagresseurs
Parasitoïdes Ennemis naturels des bioagresseurs
Punaises prédatrices ou granivores Ennemis naturels des bioagresseurs
Staphylins Ennemis naturels des bioagresseurs Avec un bémol car les carabes et staphylins trouvent surtout refuge dans les bandes enherbées et jachères. Raisonner par espèce végétale attractive n'est vraisemblablement pas pertinent.
Syrphes prédatrices Ennemis naturels des bioagresseurs
Thrips prédateurs Ennemis naturels des bioagresseurs

Auxiliaires défavorisés

Organisme Impact de la technique Type Précisions

Accidents climatiques et physiologiques favorisés

Organisme Impact de la technique Précisions

Accidents climatiques et physiologiques défavorisés

Organisme Impact de la technique Précisions


5. Pour en savoir plus

Association Française Arbres et Haies Champêtres
Association Arbes, Haies, Paysages en Aveyron
Association Arbes, Haies, Paysages en Aveyron, page visitée le 27/10/2011, Brochure technique, 2011
Bandes enherbées et autres dispositifs bocagers
SOLTNER D.
Sciences et Techniques Agricoles, Ouvrage, 2001
Haies
Réseau Ibis
Réseau Ibis, Brochure technique, 2011
Le rôle du bocage dans la dissémination entre parcelles des mauvaises herbes des cultures
Daniel Chicouène (Arbiotech)
Ingénieries n°38, juin 2004, pp47-59, Article de presse, 2004
Les auxiliaires et les grandes cultures
Chambre d'agriculture du Maine et Loire
Chambre d'agriculture du Maine et Loire, Brochure technique
Organiser la lutte contre les ennemis des cultures à l'échelle du paysage
Daniel Chicouène (Arbiotech)
2ème Conférence Internationale sur les moyens alternatifs de lutte contre les organismes nuisibles aux végétaux, Lille, 4, 5, 6, 7 mars 2002. A.F.P.P., volume "annales communications orales" 660-669, Acte de congrès, 2002
Planter des haies, brise-vent, bandes boisées, bosquets
SOLTNER D.
Sciences et Techniques Agricoles, Ouvrage, 1999
Prom'haies
Prom'haies
Prom'haies, Site Internet, 2011

6. Mots clés


Méthode de contrôle des bioagresseurs :
Mode d'action : Action sur le stock initial
Type de stratégie vis-à-vis de l'utilisation de pesticides : Reconception
Pour contribuer à l'enrichissement de la fiche, vous devez créer un compte ou vous identifier.Cela vous permettra d'apporter votre contribution via l'espace d'échanges

Contributeurs

12/07/2018
08/11/2017
Lola Leveau - Irstea - Clermont-Ferrand (63000)
ingenieur - lola.leveau@irstea.fr

25/10/2017
Julien Halska - Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire - Mâcon (71000)
conseiller-chambre-agriculture - jhalska@sl.chambagri.fr

17/08/2017
suzanne blocaille - ACTA
charge-etude - suzanne.blocaille@acta.asso.fr